En France, dans le secteur résidentiel/tertiaire existant, le chauffage représente 42% de la consommation d’énergie primaire, 35% de la consommation d’énergie finale (avec l’eau chaude sanitaire y compris) et aussi 20% des émissions de CO2. La consommation d’énergie primaire par bâtiment est actuellement de 240 kWh/m2/an. C’est là qu’il faut faire des gros gisements d’économie d’énergie. L’objectif du Grenelle de l’Environnement est de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et de réduire la consommation énergétique des constructions neuves à 50 kWhEP/m2/an autour de 2010 (Bâtiment Basse Consommation puis la Réglementation Thermique 2012 qui est applicable à tous les permis de construire déposés depuis le 1er janvier 2013) et à partir de 2020 (RT 2020), la consommation d’énergie primaire des constructions neuves sera nulle voire négative, c’est-à-dire ces bâtiments produisant plus d’énergie qu’ils en consommation, on appelle les Bâtiments à Energie Positive. Pour les bâtiments existants (surtout ceux construits avant 1975, avant le choc pétrolier de 1973), l’objectif est de réduire la consommation énergétique moyenne à 150 kWhEp/m2/an en 2020 et 80 kWhEP/m2/an en 2050 ce qui implique une politique ambitieuse de la rénovation thermique.

 

Pour les constructions neuves, depuis le 1er janvier 2013, tous les permis de construire déposés à partir de cette date doivent respecter la Réglementation Thermique 2012. Cette mesure a été mise en place suite aux tables rondes du Grenelle de l’Environnement à l’automne 2007. C’est un engagement fort du Grenelle de l’Environnement. L’objectif de la RT 2012 est de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à 50 kWhEP/m2/an en moyenne, modulée suivant les régions (entre 40 kWh/m2/an dans la région méditerranéenne et 65 kWh/m2/an dans le Nord-Est). Cette RT 2012 remplace la précédente réglementation thermique 2005 qui prévoyait la consommation maximale d’énergie primaire de 100 kWh/m2/an pour l’énergie gaz, fioul, bois (entre 80 et 130 kWhEP/m2/an) et de 200 kWh/m2/an pour l’énergie électrique (entre 150 et 250 kWhEP/m2/an). Donc c’est bien la révolution énergétique pour les filières du bâti.
La RT 2012 comporte 3 exigences de résultats pour la respecter : besoin bioclimatique, consommation d’énergie primaire, confort en été.

Le besoin bioclimatique, c’est-à-dire l’efficacité énergétique du bâti. L'exigence d'efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le coefficient «Bbiomax» (besoins bioclimatiques du bâti). Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, refroidissement et éclairage), imposant ainsi son optimisation indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre. Ca dépend de la qualité du bâti, de son orientation, de son isolation, de ses ouvertures, etc… indépendamment des systèmes de chauffage choisis.

La consommation énergétique du bâtiment : l'exigence de consommation conventionnelle maximale d'énergie primaire se traduit par le coefficient « Cepmax », portant sur les consommations de chauffage, de refroidissement, d'éclairage, de production d'eau chaude sanitaire et d'auxiliaires (pompes et ventilateurs). La valeur du Cepmax s'élève à 50 kWh/m2/an d'énergie primaire, modulé selon la localisation géographique, l'altitude, le type d'usage du bâtiment, la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre pour le bois énergie et les réseaux de chaleur les moins émetteurs de CO2. Cette exigence impose, en plus de l'optimisation du bâti exprimée par le Bbio, le recours à des équipements énergétiques performants, à haut rendement. C’est le sujet de ce blog, on vous présentera les différents systèmes de chauffage recommandés pour respecter la RT 2012.

Le confort d’été dans les bâtiments non climatisés : à l'instar de la RT 2005, la RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d'assurer un bon niveau de confort en été sans avoir recours à un climatisation. Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, pendant une séquence de 5 jours très chauds d'été n'excède pas un seuil défini.

 

Pour plus d’infos sur la RT 2012, on vous conseille de lire ce document : Réglementation Thermique 2012

 

Pour les bâtiments existants, on réalise la rénovation thermique pour réduire bien sûr la consommation d’énergie primaire de ces bâtiments. Si on construit des bâtiments économes en énergie sans rénover thermiquement les bâtiments existants, énergivores en énergie, ça ne sert à rien car la consommation totale d’énergie primaire augmentera encore un peu au lieu de baisser. Il existe un label « Bâtiment Basse Consommation Rénovation ». L’objectif du BBC Rénovation est de réduire la consommation maximale d’énergie primaire à 80 kWhEP/m2/an en moyenne (jusqu’à 105 kWhEP/m2/an dans le Nord-Est). Pour plus d'infos: BBC Rénovation

 

Bien sûr, l’isolation est très importante car elle permet de réduire plus ou moins fortement (selon les matériaux, ses épaisseurs) les déperditions thermiques de bâtiment et donc réduire les besoins en chauffage et par conséquent réduire la consommation d’énergie consacrée au chauffage. Mais ça ne suffit pas, si on veut aller encore plus loin dans l’économie d’énergie, il faudra opter pour un système de chauffage très performant. Certains pensent qu’une fois isolée à fond, on ne met qu’un chauffage d’appoint (radiateurs électriques par exemple), ils se trompent car un bâtiment très bien isolé avec le chauffage électrique est moins économe en énergie qu’un bâtiment bien isolé avec le chauffage central performant. Et aussi, on a toujours besoin de chauffage dans les bâtiments très bien isolés, certes beaucoup moins que les bâtiments anciens, mais ce besoin est toujours là. Même dans les maisons passives, le système de chauffage est encore présent. Le couple de l’isolation efficace et du chauffage central performant se constitue une excellente solution en terme d’économie d’énergie.

Pour les constructions neuves, il faut toujours opter pour le chauffage central à eau chaude.

Pour les rénovations, si vous avez déjà le chauffage central existant, gardez-le (le supprimer est contraire à l’objectif d’économie d’énergie) et si vous ne l’avez pas (chauffage électrique ou cheminée), il faut prévoir un budget pour installer le chauffage central si vous voulez que votre logement soit économe en énergie. C’est le but de ce blog !

 

Dans ce blog, on va d’abord définir le chauffage central, son intérêt ainsi que ses avantages et ses inconvénients. Ensuite, on présentera les différents systèmes de chauffage central écologique avec ses avantages et ses inconvénients chacun ainsi que le prix de l’investissement et du fonctionnement. Ca vous permettra de choisir un système de chauffage adapté à vos besoins, à votre logement.

 

Sommaire:

Chauffage central à eau chaude

Emetteur de chaleur

Puissance du chauffage

Chaudière à condensation

Pompe à chaleur

Chaudière hybride

Chaudière à bois

Poêle hydro

Chaudière à micro-cogénération

Chauffage solaire

Chauffage urbain

Comparatives (avantages, prix, rendement, CO2)

Chauffage électrique, le plus mauvais système de chauffage!