Il est un système de chauffage central à eau chaude mais à l’échelle urbain (alimentation de chaleur dans un quartier, voire même une ville entière). On l'appelle aussi le réseau de chaleur. Un ensemble d'installations produisent et distribuent la chaleur (sous forme d'eau chaude) à plusieurs bâtiments pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire.

Il est constitué d'un réseau de canalisations isolées et enterrées sous voirie (2 tuyaux d'eau chaude aller et retour), qui transporte la chaleur qui alimente des postes de livraisons appelés sous-stations installés dans les immeubles raccordés.

Les bâtiments raccordés peuvent être des logements, des bureaux, des centres commerciaux, des équipements publics (établissements scolaires, établissement hopitaliers, etc...), des hôtels, des équipements sportifs, etc...

Chaque réseau de chaleur est alimenté par un ou plusieurs centrales de production de chaleur (appelées chaufferies) qui peuvent contenir une ou plusieurs chaudières qui utilisent une différente source d'énergie chacun. Les chaudières sont une très grande puissance thermique à l'ordre de mégawatt.

Chaque centrale de production de chaleur fonctionne avec différentes sources d’énergies :

 - des combustibles fossiles :charbon (voie en disparition), fioul (surtout utilisé pour l'appoint), gaz (pour la plupart des centrales, énergie principale ou d'appoint).

 - des énergies de récupération aussi appelées énergies fatales :chaleur industrielle, déchets, eaux usées, etc.

 - des énergies renouvelables :biogaz, bois énergie, géothermie, solaire.

Cette diversité de sources d’énergie est appelée bouquet énergétique.

Ce bouquet apporte une double garantie à ceux qui sont raccordés au réseau de chaleur, à leur domicile ou sur leur lieu de travail.

Certaines chaudières sont à cogénération, c'est-à-dire elles produisent l'électricité et la chaleur en même temps à partir de la même chaudière et de la même source d'énergie.

 

Les réseaux de chaleur constituent le seul moyen de mobiliser massivement des sources d'énergie renouvelable (qui ne peuvent pas être utilisées au niveau individuel) telles que :

 - La géothermie profonde : distribution de la chaleur vers les utilisateurs.

 - La géothermie intermédiaire de grande puissance assistée de pompe à chaleur.

 - La récupération de chaleur sur eau de mer/eau de lac/rivière et eaux usées pour une utilisation collective.

 - La biomasse de grande puissance : construction des chaufferies en périphérie des villes pour faciliter l'approvisionnement.

 - La chaleur de récupération UIOM : les raccordements entre les usines et les réseaux de chaleur sont réalisés par des feeder de raccordement possédant une très grande densité.

 - La chaleur fatale issue de l'industrie.

 - La chaleur fatale issue des systèmes de cogénération.

 - La chaleur solaire thermique issue de champs de capteurs (peu utilisé en France à ce jour).

 

Chiffres clés (en 2010):

 - 436 réseaux (puissance supérieure à 3,5 MW) en France.

 - 340 villes équipées d’un réseau.

 - 3625 km de réseaux.

 - 2,1 millions d’équivalents-logements chauffés.

 - 57 % de la chaleur produite pour le secteur de l’habitat.

 - 17 200 MW, puissance thermique installée (soit 6% des besoins nationaux de chauffage).

 - 700 MW, puissance frigorifique installée.

 - 1.700 MW, puissance électrique installée.

 - 31 % Energies Renouvelables et de Récupération.

 

 

On vous présente l'évolution et le développement des réseaux de chaleur (dont la puissance est supérieure à 3,5 MW) en France de 2007 à 2011 (ces chiffres sont issus de l'enquête SNCU).

Nombre de réseaux:

En 2007: 425 (dont 13 réseaux de froid).

En 2008: 427 (dont 13 réseaux de froid).

En 2009: 432 (dont 14 réseaux de froid)

En 2010: 436 (dont 14 réseaux de froid).

En 2011: 473 (dont 15 réseaux de froid).

 

Puissance totale installée:

En 2007: 18062 MW.

En 2008: 17739 MW.

En 2009: 17086 MW.

En 2010: 17184 MW.

En 2011: 16962 MW.

 

Longueur totale des réseaux:

En 2007: 3258 km.

En 2008: 3329 km.

En 2009: 3452 km.

En 2010: 3625 km.

En 2011: 3789 km.

 

Equivalents logements livrés (ça correspond au nombre de logements qui seraient raccordés par ce réseau s'il n'alimentait que des logements, ce calcul est effectué à partir d'un logement de 70 m2 qui consomme 12 MWh par an pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire):

En 2007: 2 104 004.

En 2008: 2 158 843.

En 2009: 2 132 521.

En 2010: 2 125 553.

En 2011: 2 153 374.

 

Boquet énergétique des réseaux de chaleur:

En 2007: énergies fossiles 69% (dont gaz naturel 49%) ; énergies renouvelables et de récupération 27% (dont UIOM 21%).

En 2008: énergies fossiles 67% (dont gaz naturel 49%) ; énergies renouvelables et de récupération 29% (dont UIOM 21%).

En 2009: énergies fossiles 61% (dont gaz naturel 44%) ; énergies renouvelables et de récupération 31% (dont UIOM 23%).

En 2010: énergies fossiles 62% (dont gaz naturel 44%) ; énergies renouvelables et de récupération 31% (dont UIOM 22%).

En 2011: énergies fossiles 60% (dont gaz naturel 42%) ; énergies renouvelables et de récupération 36% (dont UIOM 24%).

 

__________________________________________

Via Sèva: association de promotion des réseaux de chaleur et de froid

Réseaux de chaleur

Ademe: Réseaux de chaleur

AMORCE: réseaux de chaleur

Centre d'Etudes Techniques de l'Equipement

Fedene: présentation des réseaux de chaleur et de froid